Balade à Saverne

découvrir saverneSaverne est une petite ville (11 000 habitants tout de même) à 15 minutes de train de Strasbourg. Enfin si vous montez dans le bon train. Il y a des personnes qui montent dans les mauvais trains, les mauvais bus, voyagent dans des directions inconnus et se retrouvent perdus. Moi je me contente de monter, par erreur et régulièrement, dans l’omnibus, celui qui permet de profiter du paysage. Saverne semble alors bien loin de Strasbourg puisque nous avons mis 40 minutes à faire le trajet.

Nous, c’est Nine et moi, lors de notre balade dans le nord de l’Alsace. Nous sommes descendues à Saverne pour rejoindre Laurence et Sacha et profiter de la région.
Malgré le temps gris, brumeux et froid, le plaisir de nous retrouver tous les quatre nous fait avancer et les discussions se chevauchent. La sortie de la gare aurait méritée quelques photos, pour les dessins au sol, le blason avec licorne ou encore pour l’incroyable bâtiment de la Poste qui nous fait face. Mais le froid laisse mes mains au fond de mes poches et mon appareil photo dans mon sac.

Lavoir le long de la zorne
Lavoir le long de la zorne

Nous décidons de suivre la Zorne, de longer l’eau et son abris de verdure et de détourner nos yeux de la ville. Nous dépassons un lavoir et débouchons sur ce qui semble une grosse route, pour découvrir finalement le château des Rohan. La grosse route n’est qu’une rue à deux voies longeant le canal de la Marne au Rhin. Alors nous continuons au bord de l’eau, jusqu’à rejoindre le port de plaisance.
C’est en profitant d’une pause photo que nous prenons conscience que la brume s’est un peu dissipée et que les montagnes sont dans notre champ de vision.

Le port de plaisance de Saverne
Le port de plaisance de Saverne

L’heure de la pause déjeuner est déjà là et c’est dans la Grand’Rue que nous trouverons notre bonheur. Point de spécialité locale, l’urgence se fait sentir, direction Izmir pour un kebab.

La Grand’Rue nous conduit ensuite d’une belle demeure à une autre. La Maison Katz nous surprend tous. Entre ses décorations d’Halloween et les poutres et peintures semblant couvrir chaque centimètre de façade, impossible de ne pas s’arrêter. L’église Notre-Dame de la Nativité (en photo d’introduction pour cet article) nous offre également une halte. Sa tour romane est imposante et le Jésus sur la Croix à l’entrée provoque de nombreuses questions.

Façades de la Grand'Rue
Façades de la Grand’Rue
La Taverne Katz dans la maison du même nom.
La Taverne Katz dans la maison du même nom.

La place située entre cette rue piétonne et le château des Rohan est en travaux. Jetant à peine à œil à ce qui m’entoure, nous nous engageons vite dans une petite rue, nous conduisant vers le cloître des Récollets. J’aime beaucoup ces jardins intérieurs, on y est comme coupé du monde.

Le jardin du cloître des Récollets
Le jardin du cloître des Récollets

Nous poursuivons la balade en prenant peu à peu la direction de la voiture. Des petites voix nous expliquent qu’elles aimeraient rentrer à la maison pour jouer ensemble. Nous passons devant la Roseraie (fermée et payante) et enfin la boucle est bouclée.

Si c’était à refaire, je choisirais un jour de soleil. Je pique-niquerais au bord de l’eau et je ferais une pause dans l’un des salons de thé du centre ville (plusieurs vitrines sucrées m’ont fait de l’oeil). Et surtout je ferais en sorte de passer place de la licorne pour montrer à Nine la statue de son animal préféré (il semble que nous soyons passé mais je ne l’ai pas vu).

NB : si vous cherchez un souvenir à acheter à Saverne, testé la bière locale, la Licorne.

8 commentaires Ajoutez les votres
    1. Merci. C’est moins exotique que la Mer morte, mais découvrir le reste de l’Alsace me fait du bien et me donne envie de découvrir le reste de la France.

  1. Ce que j’apprécie le plus dans ce coin là, ce sont les magnifiques balades autour de Saverne. De jolis coins avec de belles histoires à découvrir… des jolis châteaux, des endroits chargés en énergie, des jardins magnifiques et des vues incroyables sur la plaine d’Alsace…

    1. Je n’avais malheureusement pas le temps d’aller plus loin. Et tu me rappelles que je n’ai toujours pas finis/mis en ligne mon article sur Haguenau que j’ai aussi beaucoup apprécié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *