L’éveil musical selon les recherches d’Edwin Gordon

Il y a quelques semaines je partageais avec vous mes réflexions sur la notion d’éveil musical et sur les différents courants qui existent. Les méthodologies  varient d’une école à l’autre et si la plupart des villes ne proposent qu’un seul choix, ce n’est pas une raison pour ne pas chercher la meilleure opportunité pour nos enfants.

Edwin Gordon – source : Bibliothèque de l’université de Caroline du Sud

Mes recherches m’ont fait découvrir les travaux d’Edwin Gordon, chercheur américain. Il a consacré toutes ses études sur l’apprentissage de la musique et plus précisément sur la petite enfance et donc la première découverte de la musique. Référence sur la question en anglais et en italien, je n’ai quasiment rien trouvé sur lui en français, c’est pourquoi je partage avec vous mes découvertes (dont la source principale est ).

Avant ses 5-6 ans, l’enfant est dans une période de babillage musicale. Une période pendant laquelle il apprend beaucoup, au même titre que l’enfant qui babille avant de savoir parler. Il s’agit alors de lui permettre d’apprendre à écouter et à comprendre la musique (le terme en anglais est « preparatory audiation »). Pour cela Edwin Gordon découpe l’éveil musical en trois étapes.

De la naissance à 2/4 ans : « acculturation »
Il s’agit d’exposer l’enfant à une culture musicale et l’encourager à l’absorber. Aucune réponse ne doit être attendue de l’enfant.
Au fur et à mesure que l’enfant grandit, le chant va devenir de plus en plus important. Cependant avant 18 mois, il est déconseillé de proposer des musiques avec textes car les voix distraient les bébés des caractéristiques musicales du morceau.
L’enfant va tenter de babiller et/ou de danser sur ce qu’il entend.

De 2/4 ans à 3/5 ans : « imitation »
L’enfant tente d’imiter les rythmes entendus et prend progressivement conscience de ce qu’il répète. Pour l’aider, on peut leur proposer un son comme « lalala ». L’enfant va alors dire « lalilo » tout en pensant être fidèle au modèle. Il est alors important que l’adulte prononce ce que l’enfant a dit, « lalilo » pour l’aider à saisir la différence entre le modèle et sa production.

De 3/5 ans à 4/6 ans : « assimilation »
L’enfant entre dans une phase d’introspection. Il prend conscience de ce qui est nécessaire pour produire un son ou un mouvement voulu. Il découvre sa respiration, les mouvements musculaires impliqués et il apprend à coordonner le tout.

Crédit photo : Jeff Weston
Crédit photo : Jeff Weston

Lors de ces trois étapes, l’enfant est toujours dans l’apprentissage informel mais structuré dès le stade de l’imitation. L’adulte peut organiser des activités spécifiques, mais ne doit pas attendre de réponse spécifique. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Ce n’est qu’ à partir de 5/6 ans, que l’enfant peut entrer dans un apprentissage formel structuré.
Ce que j’aime dans les travaux d’Edwin Gordon :
– Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises musiques. L’importance est de faire découvrir sa propre culture musicale à son enfant, quelle qu’elle soit ;
– Les enfants ne rentrent pas dans des cases précises. Ce n’est pas le jour de ses 3 ans que l’enfant va entrer dans l’imitation, il y a des étapes qui se suivent et il faut avoir fini la première avant de passer à la suivante, chacun à son rythme ;
– L’éveil musical n’est pas une matière scolaire avec des bons points à gagner. A aucun moment il ne donne de recette miracle, ni incite à créer de futur génie. On peut apprendre à écouter pour le simple plaisir de la musique ;
– Il insiste sur le mouvement et la danse, la musique ne s’écoute pas passivement, il faut laisser le corps y prendre part.

Et surtout je culpabilise moins de ne pas avoir trouver d’école acceptant ma fille. Alors chez nous, on écoute tout et n’importe quoi, on danse, on chante, on invente des chansons. On ne se prend pas la tête. Pour l’instant Nine (2 ans ½) est à la phase « imitation ». Chaque chose en son temps, même si j’espère qu’à la rentrée elle pourra aller dans une école de musique et s’amuser avec d’autres enfants de son âge.

Connaissiez-vous Edwin Gordon ? Qu’en pensez-vous ?

7 commentaires Ajoutez les votres
  1. Je ne connaissais pas ! Je pense que c’est intéressant, mais me pose des questions sur l’intérêt pratique de toutes ces études qui n’existaient pas à notre époque 🙂 En tout cas, de ce que je comprends, rien n’est imposé, ce qui est bien pour laisser à l’enfant le plaisir de découvrir à son rythme ! Vis à vis de la musique, on en écoute assez peu à la maison, pas parcqu’on n’aime pas mais plus parcequ’on ne trouve pas le temps (les journées sont courtes, surtout en été où l’on passe beaucoup de temps dehors !)… j’espère que cela ne créera pas un « retard » chez nos enfants 🙂
    Diana adore pour l’instant danser sur certains « clips », comme le clip de la mascote des hôtels RIU (une tortue géante nommée Calù, référence à nos vacances de l’année dernière aux Canaries), où elle observe attentivement la chorégraphie pour la reproduire à sa façon ! Sans parler de Gangnam style qui l’avait je ne sais pas pourquoi pas mal inspirée aussi !

    1. En fait ils existaient déjà des études à notre époque car Edwin Gordon est l’un des plus jeunes chercheurs sur le sujet… Ses confrères sont majoritairement morts depuis longtemps et c’est sur eux que reposent la majorité de nos idées en éveil musical.
      Le principe est de respecter le rythme de l’enfant, de lui proposer quelque chose pour le nourrir musicalement et de le laisser en faire ce qu’il veut. Chez nous en ce moment la star est Lindsey Stirling (mais on a une accro au violon), mais Nine danse sur tout et n’importe quoi. Sinon je mets la musique à un volume un peu abusif pour la faire danser quand elle est énervée ou stressée. On évacue tout en tournant dans tous les sens, et hop c’est reparti calmement.

      1. J’aurais du dire « que je ne connaissais pas à mon époque » au lieu de « n’existaient pas à notre époque » ! Le principe est donc de rester naturel 🙂 Qu’est ce que tu appelles « énervée » ou « stressée » pour Nine ? Cris ? Pleurs ?

        1. Y a beaucoup de choses derrière « énervée » ou « stressée », comme une pile électrique qui saute partout, parle trop fort, demande pleins de trucs sans savoir ce qu’elle veut, fait des bêtises qu’elle ne fait jamais, etc. Signe qu’elle est fatiguée ou qu’elle a faim ou qu’elle a besoin de sortir/courir ou que quelque chose la perturbe. Pour gagner du temps et faire reposer le corps : musique !

  2. Notre association , Audiation institute , en Italie , est responsable de la formation des enseignants, musiciens et éducateurs , selon la théorie de Gordon.
    Cette année, nous accueillera , comme étudiants de notre cours international ,certains enseignants de France.
    Si vous souhaitez découvrir une partie du contenu , en italien ou en espagnol, vous pouvez-vous apporter à visiter notre site Web.
    Reste à la disposition de ceux qui s’intéressent à plus d’informations.

    1. Merci de ces informations. Gordon semble être une « star » en Italie, car c’est grâce à l’école de musique de Castellammare del Golfo que j’ai découvert ses recherches !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *