Voyager enceinte # L’alimentation

Pour écrire ce billet sur comment bien voyager enceinte et bien manger, je ne me base que sur mon expérience au Kirghizstan et sur les différents renseignements que j’avais glanés avant mon départ. Cette fois-ci, encore un sujet sur lequel le meilleur conseiller est, après votre bon sens, le médecin qui vous suit.

voyager enceinteComment ne pas mourir de faim lorsqu’on est enceinte et qu’on voyage à l’étranger ?

Quand on lit la liste des aliments interdits pendant la grossesse, il y a de quoi devenir folle (et rêver de charcuterie ou d’un fromage puant toute la nuit). Alors imaginez cette liste lors d’un voyage où vous ne pourrez contrôler que difficilement votre alimentation… On revient avec des kilos en moins !

Tout d’abord, on oublie le conseil « ne boire que de l’eau minéral ». On peut également boire de l’eau préalablement bouilli ou de l’eau purifié avec des cachets. Bien sûr cela se complique si vous avez pour médecin un accro aux compléments en fer qui vous a interdit de vous approchez d’une tasse de thé. Car cette boisson tant prisée en Asie mais aussi dans certaines régions africaines est un excellent moyen de s’intégrer localement tout en ne prenant aucun risque sanitaire. A vous d’établir vos priorités et d’en parler avec votre médecin en regardant vous-même les chiffres de votre prise de sang. Pensez à comparer vos chiffres avec ceux que vous aviez avant votre grossesse.

Voici tout de même un conseil pour diminuer la théine : ne buvez pas la première infusion !

Pour le reste, j’ai choisi de me fier à mon instinct. Je ne mangeais aucun aliment qui me semblait louche, aucune crudité dans des lieux pas « assez propres » (ce qui est le cas par exemple quand on sait que la seule eau disponible vient d’un lac). J’ai toujours choisi les morceaux de viande bien cuits. Et puis j’ai menti de temps en temps pour ne vexer personne : une petite allergie, et hop, le tour est joué, bien plus simple que le prétexte « je suis enceinte ». Et oui, il ne faut pas oublier que notre conception de la grossesse n’est pas la même partout.
Au final j’ai mangé de tout, j’ai goûté quasiment tout ce qu’on me proposait et ma seule limite a été une boisson fermentée au lait de jument. Je pense que si j’étais du genre à avoir des nausées, j’aurai vomi dès le premier verre… rien qu’à l’odeur.
Mon credo était « mange maintenant, tu ne sais pas ce qui t’attend plus tard ». Si les raviolis de mouton servi au petit déjeuner me semblait appétissant, je les mangeais, pour pouvoir faire l’impasse sur un bol de crudité le midi.

J’avoue que j’avais également prévu dans mon sac quelques barres de céréales et j’avais acheté sur place des amandes et des noix de cajou pour caler les petites faims de la journée. C’est également un excellent moyen de tenir quand, sans vraiment comprendre ce qui se passe, votre déjeuner est retardé jusqu’à être transformé en goûter.

Retrouvez tous mes autres conseils pour voyager enceinte ici. Et n’hésitez pas à partager votre propre expérience dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *