Dans ma bibliothèque #Parentalité

Je n’ai pas toujours le temps de lire, même s’il y a des livres partout chez nous. Alors j’essaye tous les matins, pendant le petit déjeuner, de lire quelques lignes.

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de livres est très orientée parentalité, même s’il n’y a pas que ça dans ma vie.

(En cliquant sur le titre de chaque livre, un lien vous permet d’avoir les références exactes pour le commander en ligne ou chez votre libraire).

Activités autour de l’art pour les enfants

Ce livre est à mi-chemin entre le documentaire et le livre d’activité. L’inconvénient est que je le trouve trop beau pour faire toutes les activités dessus. Cela ne nous empêche pas d’en profiter grâce à notre photocopieuse.
Côté documentaire, on est plutôt face à un rapide historique de l’art. On débute par l’art pariétal à Lascaux et on termine avec Superman d’Andy Warhol. Chaque œuvre bénéficie d’au moins deux doubles pages. Sur la première on découvre l’œuvre en pleine page accompagnée de quelques questions-réponses adaptés à la curiosité des enfants. Pourquoi Gustave Courbet s’arrache les cheveux sur son autoportrait ? Est-ce que la chambre de Van Gogh ressemblait vraiment à celle du tableau ? En plus des œuvres hyper classiques, Nine a pu y découvrir Pollock, Turner, Bosch, Claudel, Kandinsky, Mondrian…
Côté activités, les jeux sont divers : jeu des 7 erreurs, coloriage, imaginer le décor, relier les points, etc. En fait certaines activités peuvent être faites avec un crayon et un stylo sans abîmer le livre. Mais d’autres demandent du collage-découpage ou de la peinture.
Au final je trouve que c’est un bon livre si vous prévoyez une initiation à l’art. Mais pour nous, c’est un livre qui n’apporte pas grand-chose de nouveau. Il faut dire que je suis un accro à Pinterest et que Nine emprunte tous les livres de bibliothèque sur l’art qu’elle trouve. Donc on va dire que si votre enfant sait déjà qui est qui et regarde quoi dans le tableau Les Ménines de Velázquez, passez votre chemin, sinon vous pourriez bien apprendre quelques trucs au fil des pages.

Grandir bilingue dans une famille monolingue : Mother Tongue par Christine Gilbert

Je trouve que Christine Gilbert est une personne très inspirante. Elle est nomade depuis plusieurs années et voyage avec son mari et ses enfants.
Alors qu’elle n’avait qu’un seul garçon, elle a décidé de tout faire pour lui permettre d’être plurilingue. Le décès de son grand-père a été un électrochoc, car elle a découvert que le plurilinguisme permet de retarder certaines maladies mentales de 4 à 5 ans. Son grand-père était malade et bilingue. Elle décide alors de tout faire pour que son fils âgé de deux ans, apprenne le chinois, l’arabe et l’espagnol.
Son livre est passionnant à deux niveaux. Il mêle recherches documentaire sur l’apprentissage des langues et témoignage personnel. Elle essaye les méthodes à la mode, les conseils un peu bizarre. Elle embauche des professeurs, des nannies, et elle essaye l’immersion totale. Elle se trompe, elle fait de nouveaux plans et sa famille la suit.
Ce n’est pas l’histoire d’une famille parfaite, c’est celle d’une maman qui essaye de faire de son mieux. Elle échoue parfois, elle doute, mais jamais elle n’abandonne.
J’ai adoré la suivre dans son parcours. Elle tient aussi un discours que je partage : n’apprenez une langue que si la culture vous intéresse, quelque soit la langue ! Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la lecture, mais foncez, il est passionnant.

Livre sur une parentalité excessive : Battle Hymn of the Tiger Mother par Amy Chua

Ce livre, disponible en anglais (lien ci-dessus) et en français , avait beaucoup fait parler de lui à sa sortir. Amy Chua est une Tiger Mother, une mère chinoise hyper exigeante envers ses enfants. Elle a été présentée comme un monstre tyrannique et comme je n’aime pas les excès, j’ai immédiatement acheté son livre pour me faire ma propre opinion. Bon j’ai mis ensuite 5 ans avant de l’ouvrir mais je ne regrette pas du tout ma lecture.
Amy Chua est une brillante universitaire, professeur de droit à l’université de Yale. Elle est aussi la maman de deux jeunes filles et son livre n’est pas un guide de conseils pour éduquer vos enfants. Ce sont des mémoires, le témoignage personnel d’une maman qui, elle aussi, tente de faire du mieux qu’elle peut.
Elle a énormément de caractères et d’énergie. C’est ainsi que dès le départ elle contrôle tout. Ses filles ne peuvent ni regarder la télé ni jouer aux jeux vidéos et ont l’obligation de ne rapporter de l’école que les meilleures notes.
Cependant entre nos attentes envers nos enfants et la réalité il y a souvent un fossé. Amy Chua revient avec humour sur ses défauts, ses excès, son obstination. Je l’aime beaucoup. Bien sûr elle est complètement excessive, mais elle se dévoue pour ses idées. Elle ne fait pas que dire qu’il faut s’occuper de ses enfants, elle est totalement présente pour elles. Je serais incapable d’une telle implication.
Cette biographie est très enrichissante. Et même si je ne serai jamais une Tiger Mother, j’en suis ressortie avec l’envie d’être plus impliquée aux côtés de ma fille.

Renouer avec la nature : Comment élever un enfant sauvage en ville par Scott D. Sampson

Ce livre est un coup de coeur. Avant de penser que j’aime tout ce que je lis, dites-vous que je ne vous donne ici mon avis que sur les livres que j’ai trouvé intéressant.
Ce livre possède une petite pastille qui dit « 10 secrets pour faire entrer la nature chez soi ». En réalité si vous cherchez des solutions rapides pour être en contact avec la nature, autant acheter La famille Buissonnière. Par contre si vous voulez repenser votre rapport à la nature, construire du lien durable et une vraie compréhension de la nature, ce livre est pour vous, que vous habitiez en ville ou non.
Il y a bien quelques secrets, mais l’auteur nous propose surtout de repenser la nature et la position de l’homme. Il s’adresse aux parents, mais aussi aux professeurs. Il décrit une école incroyable que j’adorerai voir construire. Petit à petit, il tente de nous aider à devenir des passeurs de nature, sans jamais nous ancrer dans un lieu, mais juste dans notre vie à nous.
C’est un livre qui prend appui sur de nombreuses études. Il ne se contente pas de vous dire « la nature c’est bon pour vous ». Saviez-vous qu’un chercheur a mis en avant qu’à la suite d’une opération chirurgicale, « les patients bénéficiant de plantes vertes dans leur chambre d’hôpital présentaient des taux de tension, un degré d’anxiété, un rythme cardiaque et un niveau de douleur nettement inférieur à ceux des occupants de chambres exemptes de plantes » (p57) ?
Attention, ce livre donne furieusement envie de mettre les mains dans la terre, de lire des livres à votre enfant, d’apprendre la langue des oiseaux, de s’asseoir et d’écouter…
Petit détail, ce livre renvoie un écho très positif à un livre de John Holt que je suis en train de lire. Scott Sampson a une façon d’appréhender les apprentissages très naturelle et bienveillante.

Yoganimo, Mon premier livre de yoga, apprendre à respirer et se concentrer

Livre parentalité : yoga en familleSi je suis du genre rat de bibliothèque qui n’aime pas le sport, Nine est rat de bibliothèque qui court, danse, saute partout. J’avais besoin de quelque chose pour bouger ensemble.
J’ai choisi ce titre en particulier (parmi la prolifération d’ouvrages sur le même thème) pour son enchaînement pour dire bonjour au soleil. Par la suite, j’ai été conquise pas la simplicité de son contenu et par les illustrations très clairs.
Ce livre va droit au but. Plusieurs positions ont été adoptées pour permettre à Nine de se concentrer ou de se calmer. Un succès total et un achat que je ne regrette pas une minute.

Pour débuter l’instruction en famille : L’école à la maison, apprendre autrement

J’ai gagné ce livre sur le blog de l’auteur, Isa Lise. C’est la première fois que j’avais en main un livre dédié à l’instruction en dehors du système scolaire, écrit en français. Du coup, je l’ai lu de façon linéaire ne voulant rien manquer.
Organisé en trois parties, on y découvre la logistique, des pistes d’apprentissage et l’après (passer le bac, aller à l’université, etc). Je l’ai trouvé très complet et je pense que c’est un livre pratique pour toute personne envisageant de se lancer dans l’aventure mais qui ne sait pas trop où commencer.
J’ai tout de même regretté une certaine vision pessimiste, sombre dans la partie sur la logistique. Ici c’est la forme et non le fond que je critique. C’est en fait un état d’esprit que je remarque surtout sur les blogs français et qui est totalement absent des blogs américains. L’autrice ici est honnête avec son lecteur : l’instruction en famille n’est pas une partie de franche rigolade au quotidien. Certains parents font des burn-out et renvoient leurs enfants à l’école pour ne pas devenir fou. Après tout la grande majorité des familles testant ce mode d’instruction abandonne au bout d’un an. Sauf qu’on peut dire la même chose en stimulant et en encourageant.
À côté de ce petit détail, vous trouverez dans ce livre des pistes concrètes, dans le respect de l’enfant et de l’adulte. Aucun jugement sur les choix pédagogiques que vous pourriez faire.
Et c’est bien pour ce respect présent à chaque page que je vous conseille ce livre.

9 commentaires Ajoutez les votres
  1. Merci pour ce partage 🙂 Je suis touchée par ce que tu écris sur mon livre. 🙂
    Même si petit bémol sur « l’instruction en famille n’est pas une partie de franche rigolade au quotidien », je n’ai pas eu l’impression d’avoir présenté les choses ainsi car ici il y a justement eu beaucoup de « rigolades au quotidien » même si dys. 🙂 Par contre il m’a semblé important de parler des difficultés qui ne disparaissaient pas du genre au lendemain.

    Je note ton coup de coeur : à titre personnel il pourrait m’intéresser, mais mon petit doigt me dit qu’il séduirait plus encore une des miss qui partagent ma vie !
    Bonne journée à toi et ta petite famille !

    1. Comme je le disais sur facebook à une autre personne surprise par ma nuance, si ton livre ne m’avait pas plu ou ne m’avait pas semblé apporter quelque chose, je ne l’aurai pas présenté sur le blog et puis c’est tout.
      Je n’ai aujourd’hui plus aucun scrupule à abandonner un livre en cours de route et ne plus jamais en parler.

      1. Oui, je sais et c’est pourquoi j’étais contente que tu aies gagné, je savais que tu écrirai ton avis sans tenir compte du fait que nous échangeons depuis un moment déjà.
        Par contre j’ai jugé important de préciser ces parties « de rigolade » parce que nous avons beaucoup de bons souvenirs, nous avons même crée un livre sur l’IEF rien que pour nous avec des photos persos pour illustrer notre aventure. 🙂

  2. dis donc le Père-Noël a eu un lot de bouquins de stéphanie Ledoux!! Moi aussi j’y ai eu droit sous le sapin… c’est vrai qu’il est toujours aussi plaisant de feuilleter ces pages, et j’apprécie également les petits commentaires sur ces personnes rencontrées (même si j’avoue parfois que j’aimerais en savoir encore plus, peut être apercevoir un peu plus de leur environnement, les rues, les maisons)… mais cela reste un superbe ouvrage
    bises

    1. Ce qui me plaisait dans ce livre c’était entre autre les photos d’elle en train de travailler, pas juste ses oeuvres. Car c’est vrai que j’ai envie d’en savoir plus sur ses rencontres et tous les gens qui acceptent de poser pour elle.
      PS : j’ai pensé à toi ce matin, j’ai enfin acheté un carnet de dessin !

        1. Alors pas tout de suite, car les résultats sont assez peu ressemblants. Mais j’ai bon espoir que l’entraînement finisse par donner des résultats dont je n’aurai pas à rougir.

  3. J’ai décidé de me remettre à lire cette année, en tout cas plus que ce que j’ai fait en 2016… Objectif un livre par semaine, histoire de reprendre le rythme en douceur. Le livre de Stéphanie Ledoux me plaît bien, pas impossible que j’aille le regarder de plus près…

    1. Un livre par semaine me semble encore difficile pour moi (pffff), mais je suis contente d’avoir recommencé à lire tous les jours un petit peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *