Apprendre le japonais : progrès au fil des semaines

Vous aimez ? Alors partagez !

C’est l’une de mes résolutions de l’année : je veux sérieusement apprendre le japonais. J’ai déjà fait plusieurs tentatives plus ou moins fructueuses et je souhaite reprendre à zéro. Afin de me motiver un peu plus (la motivation étant ce qui me manque le plus), j’ai décidé de vous tenir informer ici de l’évolution de la situation.

Pour commencer, voici le matériel à ma disposition :
– Le livre Larousse, Lire et écrire le japonais est vraiment bien fait. L’apprentissage repose sur la compréhension des kanjis pour se complexifier au fur et à mesure.
– La méthode Harrap’s comprend un livre et deux cd. L’apprentissage ne vise que l’oral mais comprend beaucoup de grammaire ainsi que des éléments plus culturels. La méthode prétend permettre d’atteindre un niveau C1. Je suis assez dubitative, car cela signifierait que je serais capable de tenir une conversation sans aucun soucis. De toute façon, il faudrait déjà que je termine toute la méthode pour ça.
– Un imagier, publié par Aedis, qui comprend 225 mots, écrits en japonais (kanjis et/ou hiragana) avec la prononciation en dessous (parfois approximative, il vaut mieux apprendre à lire les alphabets japonais).
– Un album pour enfant 100% japonais. On y découvre les traditions japonaises mois par mois (de mars à août seulement car je n’ai que le premier tome). Certaines pages sont un mélange entre imagier et dictionnaire illustré.
Enfin pour compléter le tout, je vais continuer à regarder régulièrement des dramas avec sous-titres en français (et surtout Nodame Cantabile, une série que j’adore).
J’ai enfin noté deux sites internet : la NHK (sorte de RFI japonais qui propose des cours et des émissions culturelles en français) et multilingualbooks qui propose des liens vers des radios japonaises à écouter en ligne.

Semaine 1
J’ai travaillé quasiment tous les jours même si cela comprend parfois juste une soirée à simplement écouter une émission en français sur la ville de Kyoto.
J’ai lu et écouté toute l’intro de la méthode harrap’s, j’ai appris pas mal de chose concernant les intonations. J’ai aussi écouté le premier dialogue à plusieurs reprises en le répétant puis en me testant avec le vrai/faux.
J’ai vu trois épisodes du drama « samouraï high school ». Je suis contente d’entendre et de reconnaître certains mots du dialogue travaillé la veille.
Mais surtout avec mon namoureux nous avons établi un budget pour partir au Japon cet été. Si nous réussissons à économiser l’argent nécessaire, nous partirons un mois en famille. C’est tout de suite plus motivant pour étudier.

Semaine 2
J’aimerai tellement apprendre plus vite ! En fait, j’aimerai déjà pouvoir dire quelques petits trucs en japonais.
Encore une fois, j’ai eu une journée sans une once de japonais au programme.
J’ai fini la leçon 1 de la méthode Harrap’s. J’ai fait tous les exos et je me suis choisie un carnet pour prendre en note le vocabulaire et les points de grammaire à apprendre au fur et à mesure.
J’ai également regardé la fin de la série « Samuraï High School » (soit 5 épisodes). J’ai essayé de pratiquer une écoute active, c’est à dire repérer les particules apprises et qui structurent beaucoup de phrases.
De plus en plus je mets une radio japonaise à la place d’une radio française. Je ne suis pas convaincue d’apprendre grand chose, mais je travaille mon oreille comme on dit.
J’ai également sorti du placard de mon namoureux un livre qui devrait mettre très utile pour apprendre à écrire : les kanjis dans la tête, de Yves Maniette. Mais ce n’est pas ma priorité.

apprendre le japonais avec les dramas

2e mois
Il s’est écoulé un mois depuis le point précédent sur mon apprentissage du japonais en autodidacte.

Le début de l’année a été difficile. Nine a passé bien trop de temps à l’hôpital et par conséquent moi aussi. Mais depuis qu’elle semble être définitivement sortie du monde hospitalier, j’avais réussi à me ménager un vrai temps d’étude pour le japonais, à mettre à contribution mon namoureux pour réutiliser le nouveau vocabulaire.
Cependant ces derniers jours j’ai l’impression qu’un complot anti-japonais se prépare.
Il me suffit d’ouvrir mon livre ou de m’asseoir à côté de mon poste pour écouter le cd, et hop, le téléphone sonne ou bébé pleure.
Plus sérieusement, j’ai été surprise en entamant la 2e leçon de ma méthode Harrap’s. Chaque leçon contient énormément d’éléments. Ainsi côté vocabulaire et aisance à l’oral, on avance vite (trop vite ?).
Dans la première leçon on apprend à dire qu’est-ce que c’est ? et dans la seconde qu’est-ce qu’il fait chaud l’été au Japon ! Comme je commence toujours par le cd sans aucun support écrit, je peux vous dire que j’ai beaucoup, beaucoup réécouté cette phrase avant de pouvoir la dire.
Mais du coup c’est agréable, car même si je n’ai pas encore acquis la seconde leçon, je peux déjà parler météo avec mon namoureux et pas seulement me présenter.
J’ai un peu laissé de côté l’ordinateur pour revenir au format papier. J’ai ainsi lu un carnet de voyage plutôt sympathique qui permet de découvrir d’autres villes que Tokyo. Et je me suis également remise à lire des mangas.

album enfant pour apprendre le japonais

3e mois
Je crois qu’en dehors de ma première semaine d’apprentissage, lorsque j’étais encore naïve et motivée, je n’ai jamais autant étudié. Il est vrai que je ne cherche plus impérativement à avoir une bonne demi-heure devant moi, et j’ai donc travaillé plusieurs fois 15 minutes.
Je commence à avoir des connaissances intéressantes pour mettre sérieusement mon namoureux à contribution. Ainsi pour apprendre à localiser les objets, il m’a posé des questions, plutôt que de me laisser faire moi-même les questions/réponses. Son implication me permet de réfléchir différemment que seule face à ma méthode. Et oui, il ne parle pas avec le vocabulaire du livre, mais avec ses propres connaissances.
Mes apprentissages ont du faire face à un petit drame cette semaine : si je suis toujours très satisfaite de ma méthode Harrap’s, je l’ai tellement ouverte, que les 20 premières pages se sont décollées et que je dois maintenant faire attention à ne rien perdre…
Pour une note plus stimulante (enfin presque), je me suis rendue au Mondial du Tourisme et plus précisément sur le stand du Japon. J’ai récupéré beaucoup d’informations pour notre voyage à venir, mais je n’ai pas osé dire un seul mot en japonais. En même temps je suis débutante donc à part les remercier, je ne pouvais pas faire grand chose.
Mais je sais que c’est un vrai problème dû à timidité car je suis passée sur le stand de la Tanzanie (ah, Zanzibar…), mais là encore, alors que tous les employés parlaient swahili entre eux, je n’ai pas sorti un mot. Dire que je me plaignais il y a quelques jours de ne pas avoir l’occasion d’utiliser mes connaissances en langue

3 mois 1/2
Si les premiers temps sont très excitants lorsqu’on apprend une nouvelle langue, très vite une certaine routine synonyme de lassitude s’installe.

私はチファニャです
私はチファニャともうします
Être capable de dire sans hésitation « je m’appelle Tiphanya » est très satisfaisant, du moins au début. Et je ne cherche pas à décrypter chaque élément de la phrase.
Mais plus les leçons avancent, plus je connais de vocabulaire et plus des questions me traversent l’esprit comme pourquoi « avoir » ne veut pas vraiment dire « avoir »… La grammaire se retrouve à occuper de plus en plus de place, j’ai l’impression de ne plus vraiment progresser et donc ma motivation redescend.
C’est un classique bien connu des profs. Ce n’est pas pour autant que ça rend les choses plus faciles ou plus stimulantes.

carnet vocabulaire japonais

Après 7 mois de japonais
Ce mois-ci grâce aux vacances mes progrès en japonais ont avancé doucement mais sûrement.
Ainsi j’ai trouvé deux correspondantes japonaises et un cd de comptines.
Je ne souhaitais qu’une seule correspondante et j’avais donc entrepris via un site spécialisé de ne contacter qu’une personne à la fois, sans jamais rien recevoir en retour. Alors un matin, bien motivée, j’ai envoyé un message à trois personnes différentes… et j’ai eu deux réponses. Mais je suis plutôt contente, l’une d’elle étant une jeune maman avec une petite fille quasiment du même âge que Nine.
Le cd vient du rayon jeunesse de ma médiathèque. Les textes sont uniquement transcrits puis traduits mais après tout, les chansons sont là pour me faire travailler l’oreille et la prononciation. Il y en a une que j’aime beaucoup, très courte. Je ne sais pas si c’est la chanson ou la tête que je fais, mais en général elle fait beaucoup rire Nine. Pour les curieux, elle s’intitule かたつむり.

J’ai également reçu en cadeau la semaine dernière un livre bilingue, Si le monde était un village de 100 personnes. Les phrases sont très simples et je devrais ainsi enrichir mon vocabulaire sans trop de difficulté.
Les préparatifs de notre voyage au Japon avance tout doucement et je déchiffre difficilement les noms de lieux directement en kanji et/ou en hiragana. C’est un exercice très compliqué mais utile à court terme.
J’espère beaucoup vaincre ma timidité en langues étrangères pour dire quelques mots en japonais lors de mon voyage et ainsi progresser et être prête pour la rentrée (j’ai choisi de m’inscrire dans un cours de faux-débutant et pour l’instant à l’écrit je ne suis pas du tout au point). Pour vous tenir au courant, j’essayerai de poster mon prochain bilan en direct de Hakodate

2 commentaires Ajoutez les votres

N'hésitez pas à me laisser un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.