Apprendre une langue étrangère en famille – ressources #4

Au fait, vous êtes vous déjà demandé pourquoi j’insiste sur le fait que les ressources que je propose sont pour toute la famille ? Non, ce n’est pas une façon détourner de donner l’autorisation aux adultes de regarder des dessins animés tout seul (pas besoin, il n’y a pas d’âge pour regarder des dessins animés).
Les enfants, que ce soit à l’école ou dans des ateliers divers, sont confrontés à l’idée que tout ces efforts sont absolument inutiles. Ils ont déjà du mal à voir l’utilité des cours de maths alors même qu’au quotidien ils manipulent des chiffres (attraper le bon nombre de cuillères, calculer l’argent de poche, etc), alors une langue étrangère quand tout le monde ne parle que français autour de soit, cela ne sert vraiment à rien. La preuve, même les parents parlent peu ou pas du tout cette langue.

Pour un apprentissage réussi d’une langue étrangère, il n’y a qu’une seule solution : avoir une utilité à parler la langue. Avoir des bonnes notes, cela ne suffit pas. Avoir un cadeau si on a des bonnes notes, non plus. Dans les deux cas, l’apprentissage va se construire dans la mémoire immédiate. J’apprends, je fais mon test, j’oublie (pas toujours tout de suite, mais par exemple pendant l’été…).

Ce que je vous propose, c’est d’impliquer toute la famille dans le projet. Même le papa qui ne sait rien d’autres que bonjour et la maman qui préfère une autre langue. Et d’ailleurs, pourquoi avez-vous choisi cette langue ? Quelle importance a-t-elle ? Avez-vous l’intention de vous rendre dans le pays l’été prochain, tous les ans ou jamais ? Aimez-vous la cuisine, les films, la musique ?
Je sais bien que beaucoup de parents se lancent dans l’anglais ou le chinois car ce sont des « langues d’avenir ». Et je trouve toujours ça un peu triste, car personne ne peut prévoir l’avenir et que surtout, aucune langue n’est inutile. Alors si votre passion à vous c’est la samba ou le Grand Nord ou… changez de langue et faites-vous plaisir ! On ne sait jamais où l’apprentissage d’une langue nous conduira et tant mieux.

Et l’utilité alors ?

Si vous rêvez de paysage nordique et que toute la famille a entrepris d’apprendre ensemble le suédois, au moment de réserver les prochaines vacances, il est fort probable que vous décidiez tous ensemble d’aller en Suède.
De plus, quand vous êtes plusieurs à parler la même langue, c’est comme une langue secrète. Alors que mon japonais n’était pas encore trop rouillé, je dois dire que mon namoureux n’hésitait pas à commenter haut et fort et en japonais ce qu’il pensait vraiment de telle personne ou telle situation. Ça fonctionne aussi très bien avec les enfants.
Enfin, si toute la famille est impliquée, c’est plus facile de pratiquer tous les jours : en cuisinant, en regardant un dessin animé, en faisant un jeu de société.

Attention cela ne veut pas dire que vous devez apprendre ensemble à chaque étape, les grands peuvent avoir un compte duolingo, les petits regarder Peppa Pig. C’est d’ailleurs là que se trouve l’enrichissement quand chacun apprend avec et grâce à l’autre !

Donc mes ressources sont là pour toute la famille. Et je propose plein de langues différentes, car il n’y a pas que l’anglais dans la vie.

Conjuchatsles verbes en italien
J’adore le concept de ce jeu qui ressemble à la bataille corse. Quand deux verbes avec le même temps sont sur la table en même temps, il faut taper au centre.

Écoute et apprends – Premiers mots d’anglais
Ce livre a été testé par Nine. Il s’agit en réalité de 4 fiches recto-verso. Sur chacune est développé un thème et son vocabulaire. On glisse la fiche dans le cadre, puis il suffit d’appuyer sur chaque dessin pour entendre le mot, en anglais.
Nine a testé, répété le vocabulaire, mais côté manipulation, j’ai eu peur qu’elle arrache le cadre en carton. Un livre qui est fait pour les enfants qui acceptent de ne pas tout faire tout seul ou pour les enfants délicats. Et, comme dit Nine, les 2 ans sont trop petits pour faire ça, ils vont juste appuyer partout pour faire du bruit. Non, ce livre il est pour les 4 ans.
Un point très positif pour finir : le vocabulaire est simple et majoritairement quotidien. Parfait pour un enfant qui commence. Disponible également pour l’allemand et l’espagnol.
Ce livre a été testé dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Usborne

Petits mots de tous les jours dans des langues « rares » sur Sorosoro
Des vidéos vous permettent d’apprendre les couleurs ou les parties du corps dans des langues aux prononciations très variés et de régions du monde lointaines (Sénégal, Guatemala, Nouvelle-Calédonie…).

Hannah et le trésor du Dangerous Elf – Stéphanie Benson
J’ai acheté ce livre pour voir s’il était possible de l’utiliser avec une de mes élèves en CM2. L’éditeur annonce en effet « à partir de 10 ans ».
J’aime beaucoup le concept. Le récit est en français, mais l’anglais s’invite progressivement. Le personnage principal, Hannah, part en voyage en Irlande. Elle-même a appris l’anglais à l’école et dans les premiers chapitres, elle répète plusieurs fois Sorry, I don’t understand. I’m French. Mais elle est de plus en plus confrontée à l’anglais, alors elle sort son dictionnaire et le lecteur suit son raisonnement pour aboutir à une traduction. Tout doucement, on passe d’une phrase en anglais par-ci par-là, à des paragraphes entiers.
Et même l’histoire est intéressante. C’est un vrai roman. Il est même possible de télécharger une version audio. Mais le niveau d’anglais est trop élevé pour mon élève qui suit le programme de l’éducation nationale. Par contre d’autres niveau sont disponibles, j’en parle .

bataille-nature-a-la-montagne

Bataille nature à la montagne – Jeu de cartes quadrilingue français-anglais-allemand-italien
Il s’agit d’une bataille reposant sur la chaîne alimentaire des habitants de la forêt. Pissenlit, marmotte, papillon, aigle, qui mange qui ? Par contre comme les 4 langues sont inscrites sur chaque carte, il faut faire attention à ne pas s’emmêler surtout avec les enfants apprentis lecteurs.

merci

8 commentaires Ajoutez les votres
    1. Il est peut-être possible de le trouver en magasin de jeux, mais l’option internet me semble plus efficace. Le lien renvoit directement ver l’éditeur du jeux (et non je n’ai pas d’action/affiliation avec eux)

  1. 100 % d’accord avec toi ! Contente de voir que mon jeu te plait 😉 En lien j’ai également vu que tu regardais Pimpa, grand succès ici quand les filles étaient petites !

    1. C’est génial la pimpa, j’ai du mal pour tout comprendre, mais c’est mignon et je peux laisser ma fille regarder sans crainte.
      Le jeu n’est pas pour elle, mais plutôt pour mes élèves.

    1. Il y en a pas mal dans la collection. J’ai aussi lu le format au dessus et là c’est vraiment costaud. Mais les histoires sont bien et « vrais ». On ne sent pas trop le prof qui se cache derrière et espère que tu apprennes.

  2. coucou

    Merci pour cet article et toutes les infos. JE vais aller voir ce roman pour mes ados qui apprennent l’anglais façon éducation nationale (c’est assez catastrophique d’ailleurs!)
    bon dimanche

    1. Comme je le disais dans un autre commentaire, il y a 3 niveaux et j’ai lu celui présenté ici (niveau du milieu) et le niveau du dessus. Vraiment au dessus, il faut être capable de comprendre des textes tout seul et je pense qu’il faut le réserver aux bons lecteurs qui aiment vraiment l’anglais. Par contre je vais peut-être me laisser tenter par un tome du niveau le plus bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *