24h à Dijon – c’est trop court !

Dijon en 24h et en familleJusqu’à présent j’ai toujours refusé de n’avoir qu’une nuit d’hébergement dans une ville dans le but de la découvrir. Car concrètement cela signifie que l’on a un peu moins de 24h, que les bagages nous gênent et qu’on est dehors tout le temps, sans halte-repos possible à l’hôtel.
Enfin, j’ai toujours refusé, depuis que je suis maman bien sûr. Mais voilà, tout ça c’était théorique et je n’avais jamais testé la découverte flash d’une ville.

Nine grandit et il y a quand même pas mal de parents qui voyagent ainsi et leurs enfants le vivent très bien. Alors bon, pourquoi pas moi… de toute façon c’était ça ou ne pas voir Dijon. Et j’avais très envie de connaître un peu plus la Bourgogne. J’en ai marre de si mal connaître la France. Donc j’ai dit oui, à 24h à Dijon. Bon techniquement nous y sommes restées 27h… dont une journée de pluie non-stop.

Dijon mérite plus que 24h. Par contre, même avec de la pluie, on s’en sort pas trop mal (sauf les photos souvenirs qui sont déprimantes). Et un enfant, quelque soit son âge, mérite de pouvoir avancer à son rythme. Malheureusement j’ai une fille qui me ressemble et nous aimons découvrir extensivement une ville. Nous avons énormément de mal à nous limiter, alors nous nous épuisons…

Ne faites pas comme moi. Enfin si, vous pouvez garder le même programme, mais faites-le sur 2 ou 3 jours. Ou sans enfant. Ou sans travaux sur la ligne de train qui vous empêche d’arriver tôt le premier jour.

Bon j’arrête de râler, je n’avais qu’à pas y aller ainsi. Et puis j’en garde un bon souvenir. De la moutarde traîne encore dans le frigo…

Le meilleur moyen pour faire une visite express de Dijon est de vous procurer le parcours de la chouette en vente à l’office de tourisme. Nous avions en main la version junior et la plaquette adulte. Des chouettes sont posées au sol et il est impossible de se perdre. Il y a 22 étapes, et à 10 d’entre elles, un petit jeu est proposé aux enfants. Ces derniers sont très sympa à faire car il repose majoritairement sur de l’observation. Par contre le parcours enfant ne comporte pas le numéro des étapes et donc j’ai eu un peu de mal à faire le lien entre les deux livrets dans mes mains.

dijon parcours de la chouette

Le parcours de la chouette doit son nom à une petite statue porte-bonheur sur l’extérieur de l’église Notre-Dame (rue de la Chouette). Mais elle est tellement vieille et a porté bonheur à tant de passants qu’elle n’est plus qu’une bosse tout lisse. Moi je trouve que la ville aurait pu opter pour un parcours de l’ours blanc, puisqu’il débute devant l’ours polaire de François Pompon !

Le livret annonce une heure de marche pour faire tout le parcours. Je pense que l’on double rapidement la durée, même sans enfant. L’heure ne prend pas en compte les haltes photos et les visites des églises. Nous avons donc fait la balade en deux fois.

dijon parcours chouette Dijon ours pompon

Certains d’entre vous commencent à savoir que Nine cherche les tours pour rejoindre leur sommet. Nous avons donc grimper au sommet de la Tour Philippe le Bon. Il n’y a que 316 marches (notre record est donc toujours la Tour d’Utrecht, la toute première de Nine). On ne peut s’y rendre que dans le cadre d’une visite guidée que j’ai trouvé peu intéressante. Mais la vue vaut le coup, surtout si vous réussissez à vous y rendre entre deux averses. Nous n’avons par contre pas visité le palais des ducs qui abrite le Musée des beaux arts (entrée gratuite, mais fermé le mardi, jour de notre arrivée).

dijon tour phillipe le bon

Pour notre deuxième jour, j’avais prévu de commencer la journée par le musée de la vie Bourguignonne. Il est installé dans un très beau monastère et l’entrée est gratuite. Le rez-de-chaussée était très intéressant, car nous y découvrons la vie rurale avant l’apparition de l’électricité. Tout est à la hauteur des enfants, tant les vitrines que les explications.

Et à l’étage nous avons été littéralement transporté dans le temps. Tout est fait pour donner l’impression de se promener dans une rue commerçante du XIXe siècle. Onze commerces sont reconstitués. Nine est passé de l’un à l’autre en jouant à faire ses courses. Ce n’est qu’à la fin de la visite qu’elle a réalisé que les commerces avaient réellement existé. Alors nous avons retraversé toute la rue pour observer chaque photo en noir et blanc des derniers propriétaires, jouant aux 7 erreurs entre la photo et la boutique devant nos yeux.

dijon musée vie bourguignonne

La pluie nous a invité ensuite à faire les magasins. Enfin, uniquement les magasins pour touristes. Je conseille à tous les gourmands de faire halte dans l’une des boutiques Mulot et Petitjean. Il s’agit de la dernière entreprise à faire artisanalement du pain d’épices répondant à l’appellation pain d’épices de Dijon. Sa principale différence par rapport au pain d’épices alsacien est dans le choix des épices. À Dijon, c’est l’anis qui joue le rôle principal. C’est l’endroit idéal pour acheter des nonnettes, c’est à dire des gâteaux en pain d’épices fourrés de confiture. L’entreprise possède trois adresses à Dijon, mais je vous suggère celle située 13 place Bossuet qui est magnifique.

dijon boutique pain épicesAutre halte, autre gourmandise : nous avions pour mission d’acheter de la moutarde pour mon namoureux. Nous sommes donc entrées dans la boutique Maille. Mais je ne vous en dirais plus car je n’aime pas la moutarde… Et heureusement car la boutique et les couleurs de chaque pot donnent envie de tout acheter.

dijon moutarde maille

Et finalement nous avons fait halte dans un salon de thé à deux pas du palais des ducs : La petite reine (rue Vauban). L’adresse convient particulièrement à ceux qui aiment leur chocolat chaud avec beaucoup de crèmes et pourquoi pas un peu de chamallow…

dijon chocolat chaud

Pour finir la journée, nous avons récupéré nos sacs à l’hôtel pour les déposer à la consigne de la gare. Nous avons attendu l’heure de notre train en visitant un dernier lieu conseillé aux familles : le Jardin des Sciences. Adjacent à la gare, on y trouve un museum, un planetarium, un jardin botanique et un arboretum. Le muséum est assez petit, mais suffisamment riche pour susciter de nombreuses questions. Pour nous, il a été l’occasion de rencontrer Darwin et ses travaux. Dans le jardin, l’absence d’autres promeneurs a permis à Nine de m’offrir un dernier spectacle de danse.

dijon museum lapins

Et déjà c’était l’heure de prendre le train pour rentrer chez nous.

Dijon pratique :
– Le musée de la vie Bourguignonne est une halte à faire, surtout avec des enfants. Situé rue Ste Anne, il est ouvert tous les jours sauf le mardi et il est gratuit.
– Le Jardin des Sciences est en accès libre, sauf le planétarium (payant à partir de 6 ans). Si vous venez de Paris, passez votre tour, sinon, la visite saura séduire les enfants.
– Nous avons séjourné à l’hôtel du Palais. Bon accueil, bien situé pour visiter le centre ville.
– le Parcours de la Chouette est à retirer à l’office de tourisme… mais ne débute pas à l’office de tourisme. Dommage. Du coup, nous n’avons pas fait les premières étapes.
– D’autres idées pour votre passage à Dijon sont à piocher dans l’article de Un voyage au Yukon.

Nous avons été invité dans la région par Côte d’Or j’adore. Le choix des articles et leur contenu restent personnel.

10 commentaires Ajoutez les votres
  1. Depuis le temps que j’habite à côté, et surtout que c’est sur mon chemin pour aller chez mes parents… Et toujours pas visitée ! Tristesse…. Mais ça donne vraiment envie d’aller y jeter un oeil, ou deux, cet article 😉

    1. Nous avons eu de la chance de n’avoir que du vent pendant la visite de la tour. C’est tombé pile pendant les 3h sans plus de notre séjour.

  2. Chouette article qui me donne bien envie de découvrir Dijon. Mais c’est dingue le nombre d’activités réalisées en 27 heures! Chapeau! 🙂

    1. On en a fait un peu trop quand même. J’avais prévu de se poser dans un parc pour ne rien faire, mais la pluie nous a gardé en mouvement en permanence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *