Manger des pizzas ou du lablabi à Tunis ?

Vous aimez ? Alors partagez !

Le quartier où nous résidions lors de notre passage à Tunis, propose deux spécialités : la pizza et la soupe de pois chiche. Ce n’est probablement pas la pizza qui vient à l’esprit du voyageur qui découvre le pays, mais c’est ce que nous avons testé en premier.

Car si à Rome on fait comme les romains, notre chambre d’hôtes étant située à la Goulette, nous avons mangé ce que l’on trouve le plus : des pizzas. Je ne sais plus où j’ai lu cette information, mais il y a dans le quartier une rue parfaite pour une sortie pizza en famille.

Un soir donc, nous atterrissons totalement affamés (le restaurant recommandé par notre hôte étant fermé, la pizza était un choix par défaut, las de trop marcher) dans une immense pizzeria quasiment déserte. Des télévisions sur tous les murs diffusent un film qui disparaît au profit d’une chaîne musicale à notre entrée. Le niveau sonore est bien trop élevé et si je n’avais pas eu une petite fille affamée avec moi, j’aurai quitté les lieux.

Sur les pizzas tunisiennes que le menu nous offrait, le thon était à l’honneur. Bien plus religieusement correct que le jambon et les lardons. Mais rien n’est bon ! La faute au cuisinier ou à nos palais devenus exigeant après 3 mois en Sicile ? Nous finissons la soirée au supermarché Carrefour pour acheter des yaourts à l’unité.

« Lablabi » par Drmaik at en.wikipedia. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lablabi.jpg#/media/File:Lablabi.jpg
« Lablabi » par Drmaik at en.wikipedia. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Le lendemain nous testons l’autre spécialité du quartier. Autour de la station de tram le Kram se trouve, paraît-il les meilleurs lablabi. Il s’agit d’une soupe de pois chiche très épicée. Nous nous arrêtons devant une gargote équipée d’une seule table. Bien entendu nous nous installons, tandis que les autres clients mangent debout en vitesse. Mon namoureux n’a que des vagues souvenirs de ce plat découvert 15 ans plus tôt lors de son voyage familial autour de la Méditerranée. Le vendeur vient donc à son secours, lui ré-apprenant à découper son pain en tout petits morceaux. La soupe chaude peut alors être versée dessus.
Je n’aime pas les plats trop épicés et je commande timidement une crêpe jambon-oeuf-fromage pour moi et Nine (2 ans). Finalement je mangerai ma crêpe seule, Nine se jetant goulûment sur la soupe.

Pizza 0 – Lablabi 1

De retour dans notre chambre d’hôtes quand nous annonçons que Nine a pris un grand plaisir à manger le lablabi, la femme de chambre en est très touchée. Elle l’appelle « la petite tunisienne ». Et le lendemain matin, pour le petit déjeuner, Nine se voit offrir des pâtisseries. Car une petite qui a le bon goût d’aimer le lablabi mérite de découvrir aussi d’excellentes pâtisseries locales. Une générosité qui intervient comme le point final de notre séjour, puisqu’à l’issu du petit déjeuner nous montons dans un taxi pour rejoindre l’aéroport.

cahier soupe pois chiche tunis

Grande curieuse du quotidien dans ce qu’il a de plus « normal », je suis ravie d’avoir été dans une pizzeria. C’est comme passer une soirée dans un restaurant européen au coeur du Japon. Culturellement bien plus intéressant que n’importe quel musée. Mais si vous n’avez pas cette curiosité, faites deux stations de tram en plus et testez courageusement le lablabi !

N'hésitez pas à me laisser un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.