Sélection de livres enfants sur le vélo et le camping

Vous aimez ? Alors partagez !

Puisque je tente de mettre sur pied des vacances en vélo avec camping, je suis devenue un peu obsédée par le sujet. Sans oublier que j’ai une fille qui adoooooore le camping.

Sur deux roues – Olivier Melano
Un grand-père raconte à ses petits-enfants l’arrivée du vélo dans sa famille (avec la toute première draisienne). Son récit passe d’une génération à l’autre et nous fait découvrir l’histoire du vélo.
J’ai beaucoup aimé le lien famille-vélo, mais côté historique je suis restée sur ma faim. Pas d’infos sur l’invention de la chaîne qui me semble super importante puisque sans, mon vélo n’avancerait pas. D’un autre côté, j’ai bien aimé découvrir la place du vélo dans les mouvements féministes à la fin du 19e siècle.

Fonce, petit Paul ! – Hubert Ben Kemoun et Charlotte des Ligneris
Avec un vélo, on pourrait faire le tour du monde. D’ailleurs Paul est prêt à le faire. Ce n’est peut-être pas tout à fait vrai, mais… il ira assez loin. Et si sa meilleure amie est prête à enfourcher son vélo également alors là…
Ce texte poétique met en avant le vélo qui nous emmène loin, qui nous permet d’aller presque partout, qui donne une autre vision sur le monde qui nous entoure. C’est le récit d’une grande aventure à l’échelle d’un enfant, c’est aussi un témoignage d’amitié.
Le genre de livre que je cherchais pour inspirer ma fille (comme si elle en avait besoin) avant de partir en voyages en vélo.

Tout le monde sait faire du vélo – Ingrid Chabbert
J’ai ajouté ce titre à ma sélection car je pensais découvrir le récit d’un petit garçon qui apprend à faire du vélo. Alors il y a bien un peu de ça, Antoine apprend effectivement à faire du vélo alors qu’il est persuadé qu’il n’y arrivera jamais. Mais c’est aussi le récit d’un enfant dont la maman ne va pas bien et qui ne comprend pas ce qu’il se passe. C’est aussi un texte sur l’amitié, la vraie, celle qui permet de parler de tout et de rien.
Je ne m’attendais tellement pas à cette maman dépressive que lorsqu’elle gifle pour la première fois son fils, il y avait une telle banalité dans le geste que je me suis demandée ce que j’avais entre les mains. Au final les nombreuses gifles sont expliquées mais sans clarté. Le nom de la maladie de la maman n’est pas dite, les gestes violents de la mère ne sont ni excusés, ni condamnés… C’est dommage, car les illustrations sont très belles.

Martine fait du camping – Gilbert Delahaye & Marcel Marlier
Voici un cadeau que Nine a reçu pendant notre séjour à Bruxelles (encore merci les filles!).
Martine, Jean et leur parent partent faire du camping derrière une ferme, en pleine campagne. Ils sympathisent rapidement avec des enfants de la région et tous ensemble profitent du plein air.
Voici une vision très positive et idéale du camping : la nature est belle, on chasse les papillons et on se roule dans l’herbe. La région semble déserte, isolée. C’est tellement loin de mes souvenirs d’enfance dans des campings plein de monde. J’étais plus souvent réveillée par les voisins que par le chant du coq !
Nine n’avait jamais lu aucun Martine et ce titre a été très bien choisi. L’histoire correspond exactement à ce qu’elle aime.

Une nuit sous la tente – Heather Amery & Stephen Cartwright
Nine adore les contes de la ferme et aux livres illustrés par Stephen Cartwright car il y a un petit canard à trouvé sur chaque page.
Julie et Marc vivent à la ferme avec leur parent. Pour une nuit, leur domaine accueille une famille qui cherche un endroit pour camper. Les nouveaux visiteurs donnent envie aux enfants de passer eux aussi la nuit sous la tente. Après le dîner, ils se brossent les dents et s’installent confortablement pour dormir. Malheureusement Daisy la vache est si curieuse qu’elle ne peut s’empêcher de passer sa tête dans la tente et d’y rester accrocher !
Ce titre est édité dans un format que j’aime bien : petit, souple, léger. On peut donc l’emmener avec nous en voyage. Et Nine peut le lire seule sans se sentir encombrée.
Si je trouve la fin peu positive (les enfants rentrent à la maison), j’apprécie ces parents qui répondent oui à la demande de leurs enfants et les laissent expérimenter et s’installer seuls.

Et comme le camping n’est pas un intérêt soudain chez Nine, je vous avais déjà présenté un documentaire sur le camping et un bel album sur un voyage en camping-car d’une petite fille avec son papi. Cliquez sur les liens pour retrouver mes articles.

J’allais oublié, le titre incontournable quand il s’agit de faire du vélo : le tour du monde de Mouk. D’ailleurs c’est simple, Nine quand elle sera grande, elle fera le tour du monde à vélo…

Certains titres présentés sur le blog ont été envoyé gracieusement par les éditeurs. Je les remercie de me faire confiance et l’avis que je présente n’en est pas moins personnel.

merci

4 commentaires Ajoutez les votres
    1. Merci pour ce titre. Je viens de jeter un oeil au lien que tu joins et j’aime beaucoup le graphisme. On va essayer de mettre la main dessus.

  1. Merci pour ces découvertes partagées ! Bien sûr je vais partager tout à l’heure 😉
    La place du vélo dans le féminisme, tu m’intrigues ?
    Bonne journée !

    1. Le vélo était initialement pour les hommes. Les premières femmes à vélo n’en faisaient qu’en intérieur. Mais ensuite les suffragettes ont défilé à vélo, l’utilisant également comme symbole. Bon, il manque des étapes, le livre n’étant pas assez complet, mais ça donne envie de creuser.

N'hésitez pas à me laisser un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.