Initier ses enfants à l’art

Choisir d’emmener ses enfants dans un musée fait souvent partie d’une démarche visant à les initier à l’art, à les sensibiliser à des œuvres diverses, passant de la sculpture à la peinture, sans oublier les créations aux multiples matériaux de l’art moderne.

En classe de CE2, une jeune fille de ma connaissance étudie Miro et s’en inspire pour faire ses propres créations. Une découverte des arts inscrite dans les programmes scolaires depuis peu. Mais le temps manque, encore et toujours dans les écoles, et encore faut-il que votre enfant aille à l’école. Et si la découverte des arts se faisait en famille, à la maison, au musée, dans le jardin, le nez dans un livre ou les doigts dans la peinture ?

  • A la maison

Avant tout achat un lien, celui d’une mine d’or proposant de très nombreux ouvrages d’art en libre accès en ligne. Ce sont des livres pour les adultes, mais si vous cherchez simplement à voir ce que tel artiste à fait ou ce que tel courant artistique veut dire, c’est un excellent point de départ.

Sinon, spécifiquement pour les enfants, les supports sont nombreux mais pourtant difficile d’accès. Les premiers titres que l’on trouve sont édités par de grands éditeurs avec des noms faciles à trouver. Certains n’en sont pas moins très biens.
Mon premier imagier d’art (aux éditions Tourbillon) sait comment plaire aux enfants : avec des animaux et d’autres enfants. Les œuvres sont classés par ordre chronologique et le titre donné n’est pas celui de l’œuvre (quelque fois très obscur), mais un titre descriptif. On peut donc feuilleter les pages en commentant ce que l’on voit, en se plongeant dans la longue description ou en lisant simplement le titre. La Sieste de Paul Gauguin est titré des jeunes filles se reposent à l’ombre, tandis que le Bleu de ciel de Kandisky reçoit Des bidules qui frétillent. Finalement le terme premier imagier est bien pensé. Car il peut s’offrir à un enfant jeune et être feuilleté pendant des années !

"Mon premier imagier d'art" de Béatrice Fontanel ; "L'art inuit" de Marine Degli & Olivier Morel ; "Dans mon petit musée..." de Béatrice Gamba
« Mon premier imagier d’art » de Béatrice Fontanel ; « L’art inuit » de Marine Degli & Olivier Morel ; « Dans mon petit musée… » de Béatrice Gamba

Dans un genre très différent, il est aussi possible d’aborder l’art par un autre sujet. Découvre la Bible racontée par les peintres (Albin Michel Jeunesse) présentent 15 tableaux, chacun évoquant un épisode majeur de la Bible. Double fonction donc et même si ma fille n’est pas baptisée, nous évoluons dans une société judéo-chrétienne dont la culture à travers les siècles est très fortement marquée par la religion.
Cependant chaque œuvre peut s’aborder de deux façons différentes : par les questions qui les accompagnent (centré sur l’oeuvre) ou par le texte explicatif (centré sur le moment religieux représenté). Les questions évoquent un cours d’histoire de l’art. On apprend à regarder et à reconnaître les symboles. Le lecteur est invité à identifier les couleurs avec un rôle fort, à compter les personnages et vérifier leur disposition, etc. Il est seulement dommage que le niveau attendu par l’enfant varie de beaucoup d’une page à l’autre. Si pour l’arche de Noé il suffit de savoir nommer des animaux, pour d’autres scènes, il faut identifier des personnages clés, compter, etc.

Mais finalement dès que l’on veut s’éloigner des grands classiques, il faut se tourner vers de plus petits éditeurs, également plus difficile à connaître. Le catalogue des éditions courtes et longues est une mine d’or pour sortir des sentiers battus. Bien sûr on y trouve des livres sur la Renaissance ou l’Impressionnisme, mais il y a tous les autres : l’art des cavernes, l’art Dogon, l’Art Maori. J’ai découvert la collection « toutes les histoires… de l’art » avec le livre L’art inuit. Comme tout livre il peut se lire de façon linéaire. Mais on peut aussi flâner d’une page à une autre. Les textes sont complets, sérieux et plutôt que de simplifier son discours, l’éditeur opte pour un glossaire à la fin. Du coup dès 9 – 10 ans, le livre est accessible, un peu difficile, mais heureusement il y a des pages « à toi » pour se détendre, avec un quiz ou une activité créative.

  • Les mains dans la colle

Il est souvent plus facile de comprendre quelque chose en l’essayant soi-même. C’est le moment de sortir les crayons, les ciseaux, la colle, d’enfiler votre tablier et de libérer l’artiste qui sommeille en vous. Sauf qu’en agissant ainsi, on apprend peu sur les grands courants artistiques.
Je dois dire que je n’ai trouvé des livres d’activité de qualité que chez les éditions courtes et longues. Peu importe, il n’est pas nécessaire d’avoir une dizaine de livres, un seul suffit s’il est bien.

La collection « créer avec » met à l’honneur un artiste et son univers. On y croise ses œuvres les plus célèbres, mais surtout ses intentions, sa façon de travailler. Par exemple Magritte aimait peindre le ciel, alors les enfants vont peindre des ciels, mais dans des chaussures. Il est célèbre pour son tableau Le fils de l’homme, alors le lecteur est invité à prendre ses amis avec des fruits en main… L’objectif est clairement se s’amuser, de laisser les envies créatives prendre le dessus.

"créer avec Magritte" ; " à la mode impressionniste" ; "au jardin avec Le Nôtre" aux éditions courtes et longues
« créer avec Magritte » ;  » à la mode impressionniste » ; « au jardin avec Le Nôtre » aux éditions courtes et longues

Pour une approche plus guidée sur la réalisation artistique, deux autres titres sont disponibles : A la mode impressionniste et Au jardin avec Le Nôtre. A choisir, ces livres sont plus « beaux », ils ressemblent à de vrais cahiers d’activité et on voit du premier coup d’œil ce qu’on attend de l’enfant. La démarche est donc différente. Là encore il s’agit de peindre et de colorier, de découper et de coller. Quoique je n’ose pas les découper, de peur de les abîmer. Je pense que ces deux livres interviennent en complément d’une autre activité, comme la visite du Musée d’Orsay ou une balade à Versailles. Par contre il faut une certaine minutie, alors assurez-vous que l’enfant destinataire de ces livres aient la patience pour de touts petits découpages.

Extrait de "à la mode impressionniste" : dessiner moustaches, favoris et barbes à l'aide de modèles.
Extrait de « à la mode impressionniste » : dessiner moustaches, favoris et barbes à l’aide de modèles.

L’architecture peut être abordée avec des paper toys. Il s’agit de découper puis de plier et assembler des morceaux de papier pour recréer des monuments. Les éditions Auzou proposent un livre avec 10 monuments à monter : Mes monuments de Paris en Papertoys.

Et à la fin : organisez des expositions, demandez à vos enfants de choisir leurs œuvres préférées et affichez les, encadrez les, soyez fiers ! Vous pouvez vous lancer dans des expositions temporaires, une semaine de temps en temps, ou prévoir un espace dédié à ça, et faire tourner les œuvres quand une nouvelle merveille est réalisée. Pour les accrocher, voici un système simple et peu couteux.

  • Au musée

Une liste d’activités à faire dans les musées est déjà disponible, donc autant faire court : demandez le programme des musées de votre région !
Régulièrement il y a des visites pour les enfants, elles sont thématiques et/ou ludiques, en tout cas elles sont adaptées à leur âge et ça change souvent tout par rapport à une visite en famille.
Enfin, des ateliers voient le jour, surtout pendant les vacances scolaires. Les tarifs sont souvent modestes (surtout dans les musées municipaux et nationaux) et dans le meilleur des cas, le programme change au fil des saisons. Pour vous donner un avant-goût de ce que l’on trouve, je vous invite à lire cet article d’une maman qui a testé avec sa fille quelques ateliers.

Quoiqu’il en soit, prenez-y du plaisir. Inutile d’acheter un livre sur le pop-art si ses couleurs vous font mal aux yeux. Et si depuis toujours vous adorez Matisse, commencez par ça.

3 commentaires Ajoutez les votres
  1. Je prends note des 2 premières références pour ma nièce de 15 mois. Le premier parce que si ses parents ne s’en chargent pas eux-mêmes, j’espère bien l’emmener visiter des musées un jour. Le 2e parce qu’elle est partie pour avoir l’éducation religieuse que je n’ai pas eue et que mine de rien, il me semble joindre l’utile à l’agréable (donc il pourrait d’autant plus intéresser ses parents).

    1. En dehors des livres d’activité, de toute façon je pense que les livres sont tous accessibles à tout âge si on accompagne la lecture de l’enfant (et qu’on en prend soin pour le lire pendant longtemps). Pour le moment nous ne feuilletons que les pages contenant des animaux dans le livre sur la Bible, mais la suite viendra bien un jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *