S’inviter chez les autres et grandir

Notre "chambre" en haut des escaliers de l'un de nos hôtes en Malaisie
Notre « chambre » en haut des escaliers de l’un de nos hôtes en Malaisie

Le principe du couchsurfing est de s’inviter sur le canapé (soit couch en anglais) d’un inconnu, de découvrir sa maison, sa vie et de passer la soirée (la nuit?) à discuter.
En tant que voyageuse solo et même en couple, c’est par l’intermédiaire du couchsurfing que j’ai bu les alcools les plus imprononçables, manger des plats uniques (les crabes à Malaka, le sushi de baleine à Hakodate), rencontrer des personnalités surprenantes (Tina la suédoise, Craig l’australien et beaucoup beaucoup d’autres, dont j’oublie les noms mais pas les vies).

Et puis me voilà maman. Je passe un temps fou à chercher sur le site couchsurfing des familles à rencontrer. Mais paradoxalement je me retrouve bien plus souvent invité chez des inconnus ou presque. Des personnes avec qui j’ai travaillé via le net, passé une soirée ou des amis d’amis.
L’acte de générosité, en provenance de parents gérant leur maison, leur quotidien et leur famille, me touche énormément. Ma première démarche était d’accepter pour rencontrer et faire rencontrer à ma fille des personnalités.

Je n’avais pas envisager de lui offrir bien plus. Elle grandit, je grandis, nous réfléchissons. Car finalement je prends conscience qu’en utilisant strictement le site couchsurfing je ne croise que des gens qui me ressemblent. Des amoureux des voyages, des gens avec un certain niveau de vie et d’études (adapté à leur pays, un niveau parfois plus qualitatif que quantitatif). Je n’oublierai jamais cette coréenne qui en entrant dans ma salle de bain s’est exclamée « oh, j’ai le même tapis de douche ». Littéralement le même tapis de douche, dans son appartement à l’autre bout du monde, en provenance du géant suédois qui nous propose tout pour la maison. Ces personnes m’apportent beaucoup et ma fille grandit aussi à leur contact. Mais en nous éloignant ponctuellement de ce réseau, d’autres belles choses émergent pour nous.

Trois apprentis couchsurfeurs à Athènes
Trois apprentis couchsurfeurs à Athènes

Je viens de passer 9 jours seule avec Nine (3 ans au moment des faits) et j’ai rencontré deux familles. Nous n’aurons passé au final qu’une seule nuit à l’hôtel. Nous avons appris ce que c’est que de vivre avec beaucoup d’animaux, nous avons réfléchi à la température d’une maison (l’une avec un idéal à 17°, l’autre à 21° et l’hôtel à 23°…). Nous avons découvert la réalité des toilettes sèches au quotidien (trop hautes pour que Nine se débrouille seule, mais sans odeur contrairement à ce qu’on m’en avait dit). J’ai appris sur les habitats autonomes en énergie, tout en poursuivant ma lecture d’un témoignage sur notre empreinte carbone (en savoir plus).
Nous n’avons pas parlé « écologie », mais « choix de vie ». Et nous n’étions pas dans les discussions sans fin (enfin si, également), mais dans un quotidien vécu. Voir et participer est tellement plus enrichissant et bien plus parlant pour les enfants.

Nous avons grandi cette semaine, toutes les deux. Je ne peux que remercier les deux familles qui ont accepté de partager leur temps, leur toit, leurs repas, leurs idées. Et j’espère repartir bientôt !

12 commentaires Ajoutez les votres
  1. Ce post me plaît bien! J’ai justement complété ma fiche couchsurfing la semaine dernière pour recevoir quelques voyageurs dans notre grand appartement séoulite! Vivre d’autres vies le temps d’un séjour, c’est effectivement une vraie aventure!

    1. C ‘est joliment dit « vivre d’autres vies » et tellement juste !
      J’espère que vous aurez l’occasion de faire de belles rencontres.

    1. Je m’étais inscrite sur le site hospitality club avec lequel je n’ai jamais vraiment accroché.
      Du coup, je reviens au basique, je rends visite aux amis / à la famille qui ont déménagé à l’autre bout de la France. Beaucoup de personne invite par politesse, ce à quoi je répond toujours « attention, si tu me le dis 2 fois je vais vraiment venir ». Certains reproposent derrière et donc j’y vais.
      Sinon pour la semaine dernière j’avais simplement posté un message sur FB annonçant que je cherchais des idées pour ma fille et moi et on m’a invité; J’ai juste dit oui.

      1. j’aime bien cette technique aussi 🙂
        Alors moi, je le dis : on a que 54m2 donc faut squatter notre salon, on n’est pas une famille et on a un chat et vous êtes les bienvenus et je peux le dire deux fois s’il le faut (mais nous, bon, on est sur couchsurfing donc on est peut-être le type habituel de profil… ;))
        Tu as déjà visité les pays-bas ?

        1. Merci. Je note l’info !
          Je ne connais qu’Amsterdam et j’aimerai prendre le temps de découvrir les Pays-Bas avec un vélo maintenant que je suis totalement à l’aise en selle.

  2. Pas encore tenté ici, je ne suis pas sûre que j’oserais avec les enfants très jeunes et le besoin souvent pour mon aîné de retrouver son intimité… Mais un jour, pourquoi pas !

    1. C’est toujours le plus dur, trouver l’équilibre qui convienne à tous. Mais ce n’est pas impossible, tout dépend de la famille d’accueil et nos propres besoins.
      Avec les plus grands, je sais que certaines familles sur le site couchsurfing n’héberge qu’en été car elles envoient les « grands » dans des tentes dans le jardin !

  3. Ah ah je connais bien les invitations des amis et je leur fais la même réponse que toi… « si vous me le dites deux fois, je vais vraiment venir !! » 😉 Je n’avais jamais réfléchi à ce que tu dis à propos du couchsurfing. C’est vrai que les gens qui sont sur ce site ont un fond de culture commune, et pourtant j’ai eu le sentiment de découvrir des personnalités et des manières de vivre très différentes. Nous nous préparons d’ailleurs à héberger de nouveau d’ici quelques semaines, cela nous manque trop… C’est chouette de voyager, mais c’est aussi hyper sympa de recevoir des voyageurs !

    1. Pour moi c’était flagrant. Mais attention, culture commune ne veut pas dire pas de différence. Mais par exemple, le seul fait que couchsurfing soit un site internet, fait que nous ne côtoyons quasiment que des personnes à l’aise avec le net. En France cela concerne vraiment beaucoup de monde, dans certains pays d’Asie, c’est différent. Mais du coup ce sont toutes des personnes qui utilisent facebook et reçoivent le même genre d’info au quotidien.

    1. Je pense que tout le monde devrait essayer de faire du couchsurfing. Perso ça m’a toujours fait pensé (enfin quand je voyageais seule) à l’origine des filles au pair : alors voir chez les autres comment ils vivent pour être capable de tenir ensuite sa propre maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *