Mille projets, une seule vie

En ce moment et après quelques semaines de vide, les idées fourmillent à nouveau.

J’ai toujours envie de porter ce blog le plus loin possible, avec un côté personnel qui n’enlève rien à un côté professionnel. Je me documente plus avant d’écrire, je prends le temps de faire relire tous mes articles à mon namoureux et j’accepte de retravailler selon ses critiques. J’ai l’envie que ce blog soit également un lieu de partage, d’échange entre les lecteurs, les partenaires et moi-même.
Du coup je suis en train de vous préparer un petit concours. Le premier depuis longtemps. Un concours qui se présente comme étant très parisien et très gourmand. Je m’excuse auprès de ceux qui me lisent depuis Singapour, le Canada ou les États-Unis. C’est un premier pas qui j’espère débouchera sur d’autres possibilités incluant tous les lecteurs sans discrimination de lieux de résidence.

Pause goûter à Argassi
Pause goûter à Argassi (Grèce)

Je ne cesse d’écrire. Un peu tous les jours, dans des genres différents. J’ai deux romans (pouvant constituer deux histoires d’un même livre) sur le thème du voyage, de la rencontre avec l’autre, pour des lecteurs à partir de 7 ans. Je cherche un éditeur, j’ai eu l’impression de jeter des grains de sable dans la mer. Mais j’ai de nouveau envie d’y croire.
J’ai également un autre projet en cours pour les enfants à partir de 7-8 ans également. L’idéal serait de trouver un magazine qui accepte de me publier car ce sont des lettres, des lettres écrites par une nomade à sa petite sœur. Un projet qui prend naissance directement dans ma vie, que j’ai envie de partager encore et toujours. Si à la fin de mon nomadisme cela ne donne rien, je transformerai peut-être l’ensemble pour le mettre à la disposition gratuitement des professeurs des écoles.
Le tout en continuant de tenir un carnet de route. C’est mon objectif absolu, mais peut-être pour mes jours de vieillesse. Je ne plaisante qu’en partie, car j’ai déjà commencé une dizaine de récits reposant sur mon expérience. Mais je n’ai jamais réussi à trouver un angle qui me convient. J’oscille entre des phases de perte de confiance (mes voyages n’ont aucune valeur, je n’ai pas assez appris) et des phases d’autocritique sévère (j’écris trop mal). Alors je continue à lire des récits de voyage, à m’inspirer des mots des plus grands pour tenter de faire émerger ma propre voix.
Cette obsession des voyages m’empêche de retrouver mon cynisme qui m’avait permis de publier quelques nouvelles dans diverses anthologies. Cela reviendra peut-être.

Mon bureau à Argassi
Mon bureau à Argassi (Grèce)

Côté écriture et gourmandise, j’ai commencé à recopier certaines de mes recettes préférées dans un (futur) ebook. L’idée est de pouvoir toujours cuisiner des plats qui nous aimons sans avoir à allumer l’ordinateur à chaque fois. Mais surtout c’est de pouvoir cuisiner en voyage. Dans l’appartement où il n’y a rien d’autres que deux plaques électriques, dans celui avec un micro-onde, pour faire face à une folle envie de chocolat, pour manger local et de saison sans devenir fou, etc.
Et finalement, après avoir passé beaucoup de temps à apprendre l’art de la mise en page pour des lectures sur liseuse, je me demande si je ne vais pas vous le proposer. Ce n’est pas pour tout de suite. Ce n’est qu’un petit truc perso. Mais comme j’y passe pas mal de temps, autant en faire profiter un maximum de gens. Dites moi ce que vous en pensez.

Les langues étrangères sont assez mises à mal depuis le début de notre nomadisme. J’ai du ouvrir mes cahiers de japonais trois fois. Heureusement ma fille et surtout mon namoureux sont plus efficaces.
En même temps, la Grèce est notre troisième pays, troisième apprentissage des mots de base pour rester poli à chaque rencontre. Dans une semaine nous arriverons en Italie et j’aimerai temps être capable de me débrouiller en italien (que j’ai appris pendant mon BTS, soit pendant deux ans). Du coup je me suis fait une petite sélection de blogs voyage-famille en italien. J’ai du mal à arriver au bout d’un article, mais ça va revenir vite j’espère.

Ne croyez pas que je sois une pro de l’organisation pour suivre tous ces projets en même temps. Je ne le suis pas. En ce moment, j’ai une crainte perpétuelle de devoir mettre un terme à notre voyage pour manque d’élève. Je donne des cours de français langue étrangère en ligne et je fais aussi des relectures-corrections de mémoire/thèse/etc. Il s’agit de notre revenu principal.
Écrire et organiser un concours sur le blog est aussi une façon de fuir ma difficulté à compenser le départ de certains élèves. Crouler sous les projets est ma vision de la posture de l’autruche.

Quoiqu’il en soit, nous serons en voyage au moins jusqu’au 9 janvier. Nous fêterons Noël en Sicile et ensuite, seule la route nous le dira.

Les oliviers sur l'île de Zakynthos (Grèce)
Les oliviers sur l’île de Zakynthos (Grèce)
9 commentaires Ajoutez les votres
  1. Que de beaux projets en cours et encore une fois quelle aventure! J’espère de tout cœur que tu va trouver de nouveaux élèves et/ou que que tu parviennes à surmonter les difficultés se présentant pour continuer ton parcours.
    Je vous souhaite à tous trois un bon voyage vers la Sicile et plein de nouvelles et belles aventures.

  2. Je te souhaite aussi de retrouver des élèves et de pouvoir profiter de ce beau voyage que vous faites tous les 3. Pour le concours, j’attends aussi celui qui s’adressera à tout le monde , alors! Bonne continuation et beaucoup de réussite dans tes nombreux et intéressants projets! 🙂

    1. Si tu entends des singapouriens (c’est comme ça qu’on dit) rêvant d’apprendre la langue de Molière pense à moi 😉
      Merci en tout cas de tes encouragements.

  3. Bonjour,

    Voilà, un bel article sur la gestion des inquiétudes d’un voyage itinérant. C’est très sincère, et bien écrit, ne faiblit pas nous voulons tous participer aux concours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *