Guide de Voyage alternatif

Vous aimez ? Alors partagez !

Ce week-end je me suis rendue au Salon Mondial du Tourisme et j’en suis revenue avec l’envie de vous présenter une petite maison d’édition, Viatao.

J’ai le sentiment qu’il existe actuellement deux tendances sur le thème du tourisme alternatif. La première implique d’être jeune, en bonne santé, de n’avoir peur de rien et de sortir des sentiers battus. La seconde implique d’être riche et de faire appel à une agence de voyage. Le jeune qui n’a pas froid aux yeux ira au festival Partir Autrement avant son départ. Le riche se laissera séduire par des slogans comme « le voyage humain et équitable ».
Deux tendances que je caricature volontairement. Car aucune n’est meilleure que l’autre. Aucune n’est condamnable.

A mon avis, le tourisme en général souffre d’un manque de recherche d’informations de la part du touriste. Est-ce qu’il suffit qu’une agence annonce des « voyages made in « authentique » » pour véritablement s’investir dans le tourisme alternatif ? Est-ce qu’il suffit de décréter que l’on ne visitera pas le temple d’Angkor car c’est trop touristique et complètement « disneylandisé » (terme emprunté à Sylvie Brunel et son très bon livre La planète disneylandisé) pour agir en faveur d’un tourisme plus responsable ?

C’est pourquoi je voulais vous parler de viatao et de ces guides tao. Tout d’abord ils permettent de se détacher des deux caricatures que j’ai dressé (il y a une rubrique « enfant »!) et d’envisager de partir en famille, sans goût particulier pour l’aventure ou pour les agences de voyage.

J’ai feuilleté plusieurs de leurs guides et je suis revenue avec Aimer Paris en été. Les premières pages s’ouvrent sur une explication de la démarche et tous les critères d’évaluation sont disponibles sur leur site internet. Afin de l’illustrer, tous les restaurants du guide Paris (mais peut-être en va-t-il de même pour les autres) sont assortis de deux pictogrammes, évaluant les efforts pour l’environnement et les efforts sociaux et culturels. Et chaque pictogramme est accompagné de quelques lignes expliquant la notation.
Je n’ai repéré qu’une adresse ayant 3/3 pour les deux évaluations, la boulangerie Farinez-vous dans le 12e arrondissement. Je cite directement le guide pour justifier cette note : « Livraison par triporteur dans le quartier. Entretien avec des produits écologiques. Tri des déchets. Tables et panetières fabriquées à partir de chêne issu de forêts gérées durablement, mobilier et vaisselle chinés dans des brocantes et des associations. » Mais aussi pour l’aspect social « Forme des adultes en reconversion (4 personnes sur une équipe de 9). Invendus récupérés par une association du quartier ».

Feuilleter le guide ne suffit pas pour prendre conscience que l’éthique « Voyager autrement, 100 % engagé » n’est pas un simple argument marketing. Il faut se poser et commencer la lecture.
Car à mon sens, la première démarche du voyageur, riche, débrouillard ou en famille, qui veut véritablement s’engager dans sa façon de voyager, est de se renseigner. De lire les petites lignes, les introductions sans photo, éplucher les sites internet. En apprendre plus sur ATD (Acteurs du Tourisme Durable) dont le logo fleurit dans les brochures des agences. Annoncer « être engagé » ne devrait pas suffire. Mais reste à savoir si on s’engage pour impressionner ses collègues (un voyage dont l’atout marketing est l’alternatif est alors indispensable) ou si l’engagement est plus personnel (laissons le marketing de côté et lisons les étiquettes).

N’hésitez pas à me donner votre avis, à me contredire (je me noie parfois totalement dans une naïveté stupide) et à proposer des idées de voyage alternatif.

2 commentaires Ajoutez les votres

N'hésitez pas à me laisser un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.