Apprendre une langue étrangère en famille – ressources #3

Il est étrange de voir Nine évoluer d’une langue à l’autre, sans aucun respect envers elles. J’ai toujours envisagé que ma fille baignerait dans une autre langue que le français, car j’ai toujours envisagé de vivre ailleurs. Mais si les langues sont une chose sérieuse et souvent laborieuse pour moi, il n’en est rien pour elle. Elle me rappelle qu’une langue ne sert qu’à une seule chose : communiquer. Une langue ne devrait pas être apprise pour battre des records, flatter l’ego ou remplir un CV. D’ailleurs c’est le meilleur moyen d’avoir un apprentissage long et laborieux. Une langue doit être utile et surtout utilisée.
Alors oui dans le passé Nine a compris le japonais, le grec et l’italien. Aujourd’hui après six mois de recherche pour un/e baby-sitter dans l’une de ses langues, je laisse tomber. Car de toute façon elle ne comprends plus aucune de ces langues et cela ne l’intéresse plus. Quand elle sera grande, elle parlera toutes les langues du monde. Pour l’instant elle est petite, donc ce n’est pas possible, me rappelle-t-elle régulièrement.

halloween livrePourtant depuis quelques semaines, plusieurs éléments stimulent son apprentissage de l’anglais (très informel) et sa curiosité envers les autres langues. Ce petit garçon croisé dans la rue n’y est pas pour rien. Sensiblement de la même taille que Nine, il s’est adressé à son père en anglais avant de discuter avec nous en français. Un petit garçon qui l’a fait beaucoup réfléchir. Et puis il y a la petite Ruby qui vient à quelques sorties IEF et qui ne parlent que l’anglais. Sans oublier ses deux correspondantes londoniennes (qui aiment écrire des cartes mais ne s’intéressent absolument pas au français). Enfin nous avons fêté Halloween, mais le seul moyen de lire/découvrir cette fête était par le biais d‘album tout en anglais.

Et puis cette semaine, un événement inattendu a rendu l’anglais incontournable. Nine a une vraie passion pour Charlotte aux fraises (version 2009) et regardait jusqu’ici les épisodes sur youtube. Mais pour des questions de droits, les épisodes viennent d’être supprimés et il ne reste plus que des versions anglaises. Elle regarde donc maintenant sa série en anglais et elle tend l’oreille pour connaître tous les prénoms en anglais.
Alors je sais que je ne veux pas de l’anglais comme langue première pour ma fille, mais bon, je fais de mon mieux dans un environnement qui n’est pas des plus favorables (nous pourrions nous mettre à l’allemand, mais personne n’est motivée à la maison).

Et comme je suis toujours à la recherche de nouveaux supports pour elle, mes élèves et moi-même, voici mes dernières découvertes.

Let’s go to school est un livre avec des volets et des tirettes qui regroupe tout ce qu’un enfant sortant du primaire devrait connaître en anglais. Je trouve l’ensemble très ambitieux. Après hésitation, j’ai choisi de l’utiliser comme fil conducteur avec une élève en CM2. Il y aura pour elle des révisions (les couleurs, les légumes) et beaucoup de nouveautés (l’heure, les vêtements, les jeux de la récré). Mais ce qui me plaît le plus, c’est l’importance de l’interculturel, le lien entre la France et l’Angleterre.

how to sneezeConnaissez-vous ce site qui illustre les onomatopées de différentes langues ? Je vous ai déjà parlé des cris des animaux qui plaisent beaucoup à Nine. Les onomatopées sont plus difficiles à saisir car en français elle ne voit pas toujours de quoi il s’agit. Vivement qu’elle grandisse que nous éternuons en japonais !

alphabet-hebreuL’hébreu est une langue dont on parle peu quand il s’agit d’apprentissage pour les enfants. Voici deux cours d’initiation (qui peuvent être de simple cours de découverte) réalisés par une maman pratiquant l’instruction en famille avec ses enfants. Les fichiers sont à télécharger gratuitement.

je découvre l'écriture indienne

Je termine avec deux livres que j’ai eu du mal à avoir : je découvre l’écriture indienne et je découvre l’écriture arabe aux éditions Millepages. Dès qu’ils sont arrivés à la maison, mon amoureux a entrepris de les lire et ma fille de regarder toutes les images… J’ai donc du attendre mon tour pour m’y plonger tranquillement. Il s’agit de cahier d’écritures, l’un permet de découvrir l’arabe, le second le hindi (alphabet utilisé dans d’autres langues de la région indienne) et il existe aussi un cahier dédié au mandarin. Je ne suis pas dans une démarche d’apprentissage de la langue, mais dans une volonté d’initier Nine aux variétés des langues. Et je trouve ces livres vraiment bien faits. Les illustrations sont simples et attractives. Chaque page comprend un petit jeu reposant sur de l’observation. Les introductions sont complètes (à mes yeux de néophyte) sans être assommantes.

merciCertains livres ont été reçu en service de presse. Les avis présentés sont cependant les miens en toute objectivité. Merci de suivre mon blog et ainsi de me permettre de faire de belles découvertes.
7 commentaires Ajoutez les votres
  1. Super intéressant, merci du partage. 🙂
    (pour des petits qui ne sont pas en situation naturelle multilingue, je trouve la démarche de découverte de la richesse linguistique du monde bien plus intéressante que l’apprentissage d’une seule langue qui est oubliée aussi qu’elle n’est plus pratiquée – même si ça apporte aussi, j’en conviens…)

    1. Je ne comprends pas pourquoi les touts petits ne reçoivent pas une sensibilisation aux langues étrangères à l’école plutôt qu’un cours d’anglais qui ne sert à pas grand chose !

  2. Ciao, Nine grandit et découvre, une langue en vaut une autre, à mon avis, mais c’est vrai que l’anglais a ce monopole dans l’apprentissage des langues étrangères. C’est vrai ce que tu dis, ces cours d’anglais à l’école ne servent pas à grand chose, car souvent les enseignants sont peu formés et une sensibilisation aux langues étrangères, aux cultures diverses serait bien plus indiquée. Des bisous de Sicile!

    1. Ce quiê me gne avec l’anglais, c’est qu’une fois cette langue acquise on va à la faciliter, la préférant à un nouvel apprentissage, puisque partout il y a du monde qui parle suffisamment anglais pour se débrouiller. Mais bon, je préfère encore l’anglais que rien du tout.

  3. Bravo! C’est ce que j’expérimente à Schola Nova en Belgique depuis 22 ans. Là, les élèves trouvent des interlocuteurs en LATIN européen, ce qui leur permet, de plus, de lire aussi couramment les auteurs antiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *