Réflexion sur les voyages en famille, de l’avion au bateau…

Vous aimez ? Alors partagez !

C’est un réflexe de plus en plus courant. Au moment de réfléchir à la prochaine destination, on se connecte sur un comparateur de vols comme Easyvoyage et on vérifie le budget nécessaire pour se rendre à tel ou tel endroit.

Entre nous, je trouve que l’avion est le plus pratique. On a l’impression d’être téléporté d’un lieu à un autre. Le monde entier est à notre portée, sans autre transition qu’un temps suspendu. Pendant le vol, on ne sait trop à quel fuseau horaire se fier et on laisse le personnel de bord choisir pour nous l’heure des repas.
L’enfant de moins de 2 ans ne paye pas. Bon d’accord il est alors obligé de voyager assis sur nos genoux, mais pendant les vols les plus longs, une sorte de couffin peut être obtenu et tout le monde y gagne.
Bon il y a l’impact écologique qui a tendance à titiller ma conscience. Et bien entendu, ce serait fantastique de se rendre en Chine en train. Mais pour l’Australie ou le Japon, c’est tout de suite plus compliqué.

Le train est mon moyen de transport préféré. Les distances reprennent une certaine consistance, même si la différence entre un TGV et un TER a tendance à nous faire croire que Mulhouse-Metz, c’est un peu comme faire Paris-Marseille… Mais nous sommes au niveau du sol et il suffit de coller le nez à la vitre pour voir les paysages se transformer. Brusquement les publicités ne sont plus les mêmes, le décor de la gare n’est plus celui de la SNCF. On ne sait pas exactement où l’on se trouve, mais peu importe, on est sur la bonne route.

Rien à voir avec le bus, qui effectivement nous permet de voir le paysage défiler et de toujours avoir la bonne notion des distances. Sauf que je n’aime pas les bus, surtout à l’étranger, j’ai toujours peur d’être dans le mauvais, de partir dans le sens inverse. C’était pourtant extrêmement agréable de voyager en Grèce en bus, tout semblait simple et bien organisé.
Et puis entre nous, une fois que vous avez un enfant à vos côtés, il est largement préférable de prendre le train ou l’avion plutôt que le bus. Et ce n’est absolument pas la durée du trajet qui me fait parler mais bien les possibilités de se mouvoir. Essayez de maintenir un enfant assis pendant plus de 2h et vous aussi, vous bénirez les génies à l’origine des ordinateurs portables et les scénaristes de dessins animés (enfin si vous avez bien fait attention à vos choix avant de monter dans le bus).

Car un enfant, tout le monde le sait, même si on a tendance à l’oublier, ça a besoin de mouvement, surtout quand il ne peut pas bouger. Et ça peut rester bien calme si vous lui offrez tout Central Park pour courir.

Alors pour vos prochaines vacances, je vous propose de tester ce que Nine a adoré. C’est le transport parfait : de la place pour se déplacer, des sièges confortables pour faire la sieste, des prises électriques pour l’ordi, de la nourriture en vente sur place au prix de l’or et des tables pour pique-niquer avec vos provisions. On peut même y réserver une chambre quand le trajet est plus long… Le paysage ne défile pas et pourtant on peut passer le voyage collé à la fenêtre, voir même dehors les narines grandes ouvertes.

Partez en bateau !

Les voyages en bateau ont quelques choses de magiques, un peu comme les trains. Il invite à une certaine lenteur, une idée d’immobilité dans un grand mouvement qui nous dépasse.

Entrer dans Brindisi en bateau

Alors avec le temps qui passe, j’utilise les comparateurs de vol sur les destinations où l’avion est incontournable (je rêve quand même beaucoup de Japon et d’Afrique) et je passe aussi des heures sur des sites prenant en compte tous les moyens de transport. Sur rome2rio, entrez un point de départ et n’importe quelle ville d’arrivée et on vous révélera les nombreuses façons de vous y rendre avec un budget approximatif. Pour les amateurs de marche et de vélo, on peut faire la même chose avec googlemaps. J’ai ainsi appris que pour aller de chez nous, jusque chez les grands-parent de Nine, il faut 99h de marche, de porte à porte. Ça donne presque envie de s’y rendre ainsi, en prenant son temps, puis de prendre le train pour le retour.

Et pour votre prochain voyage, n’hésitez pas à lire mes conseils pour rester zen avec bébé dans le train et même dans l’avion.

Ce contenu a été publié dans Conseils et réflexions, En famille, Voyager, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Réflexion sur les voyages en famille, de l’avion au bateau…

  1. Isa LISE dit :

    Ah le bateau, très sympa le bateau ! sauf si… tempête en mer ou vent puissant et mal de mer… Ceci dit à choisir, préférence moi aussi pour lui (d’autant que je n’ai pas le mal de mer, mais le mal de bus, si 😉 ).
    Bonne journée !

    • Tiphanya dit :

      Nine et moi avons le mal de mer et le mal de bus (plus ou moins léger). Elle a vomit 5 ou 6 fois sur un mauvais trajet (mer agitée) entre la Sicile et la Tunisie. à l’arrivée, notre chauffeur pour rejoindre l’hôtel lui dit « alors c’était bien le voyage ». Et avec les yeux qui brillent de bonheur elle lui dit « ouiiiiiii »…

  2. Le bateau me tente vraiment mais mon copain a aussi le mal de mer…je pense à une traversée France-USA, comme ça il pourrait y aller en avion …
    aurelie@travelingaddress Articles récents…Where to eat in Barcelona? Nos bonnes adressesMy Profile

    • Tiphanya dit :

      C’est terrible toutes ces personnes qui ont le mal de mer. Mais du coup tu pourrais aussi choisir le bateau pour un voyage avec une copine ou toute seule.

  3. Leslie dit :

    Dans l’absolu je trouve que chaque moyen de transport a son charme. Mais j’avoue que depuis que j’habite au Pérou, j’ai de plus en plus de difficulté à supporter le bus parceque les trajets sont toujours si longs. Depuis Lima, il faut compter au moins 6h pour se rendre aux grandes destinations, sinon ça peut aller jusqu’à 18h de bus (ou plus). Alors bon, ça use 😛
    Le bateau m’angoisse parfois (lorsque c’est plusieurs jours, je sens que je suis coincée à bord). Finalement, je ne sais pas si avec l’âge je deviens moins patiente, mais j’avoue que j’aime beaucoup l’avion. 😀
    Leslie Articles récents…Code promo Chapka assuranceMy Profile

    • Tiphanya dit :

      C’est marrant de voir que l’âge n’agit pas pareil sur tous. Car à 18-20 ans, j’aimais beaucoup les trains (depuis toujours), mais je n’envisageais pas de prendre autre chose que l’avion. Je voulais aller vite pour être un maximum de temps sur place. Aujourd’hui c’est beaucoup moins le cas. Mais c’est peut-être aussi du au fait que j’ai le luxe de pouvoir choisir.

      • Bernard dit :

        Cela dépend aussi de l’approche de chacun. Pour certains les vacance ne commencent que quand ils sont arrivés. Donc il faut y arriver le plus vite possible. A l’inverse je suis en vacance dès que la maison est fermée. Le parcours fait partie des vacances. Et dans ce cas la voiture offre des possibilités incomparables de découvertes si le temps est peu limité. Il m’est arrivé de mettre 3 jours au lieu d’un simplement pour pouvoir suivre les panneaux touristique (« Tiens, il y a un château a droite, on va voir? »)
        Si le temps est très limité (par exemple je n’ai que 3 jours pour voir ma fille a Barcelone) l’avion s’impose quand il est possible.

        • Tiphanya dit :

          C’est vrai que parfois on veut juste être arrivé, ou alors on se lance pour une destination vraiment lointaine et il faudrait des semaines pour s’y rendre en voiture. L’envie de flâner est toujours là, mais il n’est pas toujours possible d’y répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge